Friday, August 18, 2017
  • enfr

British-made weapons could be used to target children in war zones

A child soldier in the Democratic Republic of Congo. British-manufactured arms could be sold there.

A child soldier in the Democratic Republic of Congo. British-manufactured arms could be sold there.

 

Britain is continuing to defy the UN by selling arms to countries where child soldiers are routinely used or where youngsters are targeted in war zones. Before the world’s largest arms and security fair, which starts in London on Tuesday, the government is ignoring UN requests that it “expressly prohibit” such sales.

New figures reveal that of the 23 countries listed by the UN for grave violations against children or where child soldiers are used, the UK sold military equipment to 19 during the past five years. They also reveal that between June 2010 and March 2015 the government approved military licences worth more than £735m to countries blacklisted by the UN committee responsible for protecting the rights of the child.

Fresh concerns over the government’s relationship with the British arms industry are compounded by the confirmation that several regimes condemned for their record on human rights received an official invitation to the Defence and Security Equipment International Exhibition exhibition in London’s Docklands.

The countries invited that are also the subject of criticism from campaigners for gross infringements of civil liberties are Angola, Azerbaijan, Egypt, Kazakhstan and Thailand.

On Thursday, the European parliament urged the Azerbaijan government to “immediately end its crackdown on civil society and human rights work” and referred to a “deteriorating situation of human rights in Angola”.

In Egypt, fears are mounting that the rule of law is unravelling alongside a heightened sense of impunity among the military since President Mohamed Morsi was removed from power in 2013.

Three countries asked to send a delegation to the fair – Saudi Arabia, Pakistan and Colombia – are on the Foreign Office’s own list of “countries of concern”.

The fair British weapons manufacturers to almost 3,000 VIPs ranging from senior generals to defence ministers. Campaigners say the government’s attitude to selling arms is evident from the volume of sales to countries where they are used by children or are used to target them.

Andrew Smith of British group Campaign Against Arms Trade said: “These arms sales are not just numbers on a page, they can have a very real and destructive impact on the situation on the ground. There can never be a mechanism for effective arms control in conflict zones; arms sales exacerbate tensions and reveal the hypocrisy at the heart of UK foreign policy.”

The countries where the UK has approved arms sales but where there is evidence that child soldiers are active include the Democratic Republic of the Congo, where hundreds of children have been recruited to armed groups and where Britain has sold £2.4m of military hardware since 2010.

Elsewhere, the UK has approved exports worth £115m to Pakistan including equipment to manufacture rifles and components for combat helicopters. The latest UN Security Council update censures the country for the “recruitment of children by armed groups, including reportedly for use as suicide bombers”.

Somalia has received £6.7m of arms from the UK, including assault rifles, ammunition and vehicles, despite the UN documenting “the recruitment and use of 1,293 children” by al-Shabaab and the Somali National Army.

Thailand received £38m of arms from the UK during that period – including weapons sight mounts and components to manufacture artillery ammunition – despite the UN receiving reports concerning the recruitment and use of girls and boys as young as 14 by armed groups.

In South America, Colombia has received £19m of military equipment from Britain over the last five years with the UN verifying a number of cases of recruitment and use of children by armed groups in 25 regions and in Bogotá, including by Farc rebels and the country’s National Liberation Army.

“Despite all of its talk about promoting human rights and democracy, the UK government has consistently sold arms into some of the most war-torn countries in the world,” added Smith.

The Foreign Office maintains that human rights violations are a “key part of its assessment” when approving arms exports and that sales are refused if there is a risk weapons could be used by or against children.

The UN committee on the rights of the child recommends that the UK “expressly prohibit, within its legislation, sale of arms to countries where children are known to be or may potentially be recruited or used in hostilities”.

When pressed on the issue earlier this year, the Foreign Office minister Tobias Ellwood responded in parliament by saying the UK “operates one of the most rigorous and transparent arms export control regimes in the world”.

source:http://www.theguardian.com/world/2015/sep/12/child-soldiers-arms-fair-trade?CMP=share_btn_link

Templar Soul, Ligne de vêtement

Posted by admin On septembre - 7 - 2015 ADD COMMENTS

TS2

Templar Soul partenaire d’ECI

http://templarsoul.com

Templar Soul est une ligne haut de gamme et innovante de vêtements masculins intégrant aux étoffes le symbole majeur d’une Europe occidentale forte et progressiste  depuis près d’un millénaire. Templar Soul est une petite mais jolie pierre à l’édifice d’une croisade anti médiocrité qui entre dans l’histoire de la mode, à notre image, à notre siècle.

TS3

Templar Soul vous 20% de réduction sur la première commande en ligne, pour les membres et sympathisant d’ECI. En signalisant votre lien avec ECI, Templar soul reverse 5% à notre association. La livraison vous est offerte pour tout achat supérieur à 300 euros.

TS4

 

L’association ECI-DDR a obtenu en 2013 le titre d’ASSOCIATION d’INTERET GENERAL.

Elle est donc autorisée à délivrer des reçus fiscaux à hauteur de 66%. 

Ainsi un don de 100 euros en faveur d’une action humanitaire ne vous coûterait que 33 euros, mais permettrait de contribuer à de grandes réalisations sur le terrain.

Vous pouvez devenir adhérent ou nous soutenir en envoyant vos dons afin de soutenir cette noble cause qu’est la réinsertion d’enfants soldats et des rues, notamment en RCA, RDC, Gabon.

Merci pour votre soutien!

 

 

Association-reconnue-dinteret-general

Formation patisserie à Kinshasa

Posted by admin On juillet - 2 - 2013 ADD COMMENTS

Le 15 mai 2013 au centre ORPER de Bumbu, notre ami Emmanuel MADUDA de l’association un jeune un métier, a formé un groupe de 15 jeunes gens dont 3 garçons et 12 filles,  à la préparation de pâtisserie, viennoiserie.

centre ORPER de Bumbu le15 mai 2013

 

Préparation de la pâte

Conseils d'expert d'Emmanuel MADUDA

Produits finis au complet

Et enfin la fierté du travail bien fait. Bravo à tous!

 

Aujourd’hui, 300 000 enfants-soldats seraient encore impliqués dans divers conflits  armés dont un tiers sur le continent africain, selon les estimations de l’ONU. Pendant les deux dernières décennies le nombre de recrutements d’enfants dans les conflits armés a fortement augmenté. Ces  milliers d’enfants exposés à la violence et à l’exploitation, dans plus de 40 pays à travers le monde, sont  forcés et poussés à devenir soldats. On estime que 40% de tous les enfants soldats sont des jeunes filles.

La situation critique des enfants soldats a certainement attiré plus d’attention ces derniers temps, avec la présence d’enfants soldats dans les rangs des rebelles syriens ou encore des rebelles touaregs, au Mali. Pourtant, tout comme les medias, la communauté internationale sous-estime l’ampleur de ce problème. Et en particulier le rôle de ces jeunes filles dans les conflits et les difficultés de leur réintégration dans la société.

 

Des enfants stigmatisés dans la société

 

Lorsqu’elles sont enlevées, les jeunes filles subissent le même sort que les garçons : elles sont  battues, maltraitées et sont formées à devenir des enfants soldats forcés à tuer. Ce qui les rend plus vulnérable se sont les abus sexuels qu’elles doivent subir. Exposées, de façon quotidienne, au risque de se retrouver enceintes, d’être infectées par le sida ou toute autre maladie, les jeunes filles perdent peu à petit l’espoir d’être à nouveau un enfant un jour.

Beaucoup de jeunes filles doivent  donner naissance en captivité, et certaines d’entre elles doivent combattre accompagnées de leurs enfants. Mais leur sort est en grande partie dissimulé par les dirigeants des groupes armés qui se réfèrent à elles comme étant leurs «épouses» ou encore leurs «sœurs». De ce fait de nombreuses jeunes filles dans les forces armées restent invisibles et marginalisées.

Ni garçons, ni jeunes filles soldats sont vraiment acceptés ensuite dans la société. Une fois les conflits terminés, les jeunes filles choisissent de cacher leur passé par peur d’être stigmatisées. Mais c’est encore plus difficile pour celles qui retournent dans leurs villages avec des enfants, car considérées comme impures ou immorales elles ne pourront pas échapper aux préjugés et à la stigmatisation. Elles sont alors mises à l’écart car non seulement elles ont pris les armes contre leur communauté, mais doivent vivre à présent avec le rappel constant des abus qu’elles ont endurés.

 

Une prise de conscience par la communauté internationale

 

En dépit du fait que le droit international humanitaire condamne l’enrôlement d’enfants par des groupes armés, qu’il caractérise comme étant un crime de guerre, le respect de la “Convention des Droits de l’Enfant” par les pays signataires n’est pas à l’abri d’une violation, comme c’est le cas en Syrie.

Des poursuites à l’encontre des personnes responsables de recrutement d’enfants soldats sont  mises en avant comme on peut le voir avec le  jugement  de Thomas Lubanga Dyilo, en mars 2012. Ce chef d’un groupe armé congolais a été reconnu coupable, par la Cour pénale internationale, d’avoir utilisé des enfants dans un conflit armé. Avec l’adoption de la résolution 2068, en septembre 2012,  le Conseil de sécurité des Nations Unies souhaite renforcer la responsabilité des auteurs de crimes à l’encontre des enfants. Néanmoins les crimes pour lesquels les ex-dirigeants sont jugés n’impliquent que rarement, voire pas du tout, les préjudices causés aux jeunes filles. Cette omission est souvent due à leur rôles et aux tâches qui leurs sont confiées, ce qui sous-entend la cuisine et toutes autres tâches domestiques. C’est la raison pour laquelle, les actes sexuels sont rendus presque invisibles aux yeux du droit international.

Les actions de DDR

 

Les organisations non gouvernementales et associations s’attellent donc à réparer les failles et les violations du système législatif international en menant des programmes de Démobilisation Désarmement et de Réinsertion (DDR) et à compléter le dispositif sur le terrain au contact des populations. Le rôle des ONG est donc primordial car, contrairement à d’autres organisations, celles-ci ne sont pas soumises à la règle de non intervention, qui reste un frein au champ d’action d’organisations comme l’ONU.

 

La réintégration des jeunes filles dans la société est particulièrement difficile après les atrocités dont elles ont été victimes et témoins. Apres avoir échappé ou avoir été libérées des groupes armés, la plupart des jeunes filles n’ont pas la chance d’intégrer un programme de réinsertion. Rejetées par la société, beaucoup de ces jeunes mères nées de la guerre se tournent alors vers la prostitution. Une fois de plus elles se retrouvent privées de leur liberté. C’est pourquoi, la reconnaissance et le pardon par la société est indispensable pour lever le sentiment de honte qui pèse sur elles et pour que celles-ci puissent se reconstruire pleinement.

Les actions de programmes comme celui d’ECI-DDR, n’ont pas seulement pour unique but de fournir une éducation en termes  de scolarité, de resocialisation et de formation professionnelle mais aussi une éducation sexuelle en termes d’hygiène. Il s’agit de récréer la relation perdue ou inexistante entre l’enfant et son corps ainsi que d’atténuer la situation de précarité dans laquelle se trouvent ces jeunes filles.  Pour compléter ces actions qui doivent s’inscrire dans un contexte global, il s’agit aussi de leur fournir un emploi à l’issue, dès qu’elles sont en âge de travailler, afin de permettre leur réintégration complète et durable et de ne pas les rejeter ipso facto dans les groupes armés. C’est tout un ensemble cohérent d’actions continues qui sont au cœur de projets comme ceux menés par ECI.

 

Site ECI : http://www.eci-ddr.org

Contact: contact@eci-ddr.org

 

                                                                                                                                             Agnieszka Komsa

Entretien d’Emmanuel MADUDA sur Télésud

Posted by admin On novembre - 3 - 2012 ADD COMMENTS

Emmanuel MADUDA était invité à Télésud pour parler de ses activités et les raisons de sa vocation. A vous maintenant de l’écouter et bravo Emmanuel!

 

 

 

 

Emmanuel MADUDA "Association un jeune un métier"

 

Offre de stage rémunéré DDR en Afrique

Posted by admin On octobre - 4 - 2012 3 COMMENTS

Jakob Werneman UNICEF AFRICA

Anyone interested in a 3 month paid traineeship working on developing a knowledge management platform for DRR in West and Central Africa ? French is a prerequisite. Let me know… (contact directly Jakob Werneman, UNICEF AFRICA – West & Central Afica Unicef Bureau on LinkedIn)

 

Expiring in 11 days

 

JakobUnfollow Follow Jakob

 

Cette annonce est susceptible d’intéresser les membres d’ECI-DDR.

 

Bernie Le Van Xieu

Le 19 septembre 2012, le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté la résolution 2068 sur les enfants et les conflits armés.

 

Dans le préambule de la Résolution, le Conseil souligne que c’est aux gouvernements qu’il incombe de porter secours et protection aux enfants touchés par les conflits. Le mécanisme de surveillance et de communication des informations des Nations Unies doivent viser à soutenir et compléter cette responsabilité étatique.

 

Si le Conseil se félicite de certains progrès dans certaines situations, elle exprime une profonde préoccupation devant la persistance des violations du droit international humanitaire se rapportant à la protection des enfants dans les conflits armés.

 

Il rappelle que les Etats doivent mettre fin à l’impunité poursuivre les responsables de génocide, de crimes contre l’humanité, des crimes de guerre et autres crimes odieux commis sur les enfants en saisissant les juridictions nationales, la justice internationale ou les juridictions mixtes.

 

Il condamne la violation du droit international sur le recrutement et l’emploi des enfants dans les conflits, ainsi que la recrudescence de leurs recrutement, meurtre, mutilations, viols et autres violence sexuelles commis sur eux.

 

Constatant la persistance de certaines parties à commettre des violations et des sévices sur les enfants, il demande que les Etats traduisent en justice ceux qui en sont responsables et affirme qu’il est disposé à adopter des mesures ciblées graduelles contre les auteurs de ces actes.

 

Le Conseil de sécurité invite le Groupe de travail sur les enfants et les conflits armés, avec le concours de la Représentante spéciale pour les enfants et les conflits armés, d’envisager dans un délai d’un an de prendre des mesures pour accroitre la pression sur ceux qui commettent ces violations et sévices.

 

Hassatou Balde

 

LEGAD ECI

 

Résolution originale :

 

http://daccess-dds-ny.un.org/doc/UNDOC/GEN/N12/515/62/PDF/N1251562.pdf?OpenElement

Aspects juridiques et éthiques des frappes à distance sur cibles humaines stratégiques

Etude prospective IRIS-CICDE INTRODUCTION Il n’est pas aisé de conduire une étude sur les « aspects éthiques et juridiques des […]

Nations using child soldiers are invited to British arms fair

British-made weapons could be used to target children in war zones   Britain is continuing to defy the UN by […]

Templar Soul, Ligne de vêtement

Templar Soul partenaire d’ECI http://templarsoul.com Templar Soul est une ligne haut de gamme et innovante de vêtements masculins intégrant aux […]

Le DDR: Désarmement, Démobilisation et Réintégration

Le désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR) est devenue une partie intégrante de la paix pour les consolidations post-conflits, elle figure […]

TAG CLOUD

POPULAR

Visitez aussi notre Blog ECI-DDR (English version)