Wednesday, June 28, 2017
  • enfr

Elements incontournables du maintien de la paix

Posted by assoeci On juillet - 28 - 2009

DDR: éléments incontournables du maintien de la paix

Au cours de la dernière décennie, les Nations Unies ont déployé des opérations de maintien de la paix dans de nombreux pays en proie à des conflits internes dans lesquels des quantités massives d’armes légères ont été utilisées. L’expérience a clairement démontré qu’un programme de désarmement ne peut être considéré comme un succès s’il n’est pas accompagné de mesures de démobilisation et de réintégration des anciens combattants dans la société civile à travers des alternatives économiques viables et, plus généralement, un projet de développement socio-économique du pays dans son ensemble.

Durant les missions de maintien de la paix menées au Cambodge, en Namibie, en Angola, au Mozambique, au Guatémala, en Slavonie orientale, au Libéria, en Sierra Léone et en République Démocratique du Congo, les Nations Unies ont acquis une vaste expérience en matière de désarmement, de démobilisation et de réintégration des anciens combattants.

Dans le contexte du maintien de la paix de l’ONU, les activités de désarmement comprennent l’inspection, la collecte et l’élimination des armes légères, munitions, engins explosifs et armes lourdes aux mains des combattants ainsi que, dans de nombreux cas, des armes utilisées par la population civile. La démobilisation se définit comme un processsus par lequel des forces armées (le gouvernement et/ou l’opposition ou les factions armées) voient leur effectif réduit de manière significative ou sont complètement dissolues dans le cadre d’une transition vers la paix.

Les programmes de réinsertion consistent, quant à eux, en des mesures d’assistance destinées aux anciens combattants ainsi qu’à leur familles et visant à favoriser leurs possibilités de réinsertion économique et sociale. Il peut s’agir d’une aide financière directe, de compensations en nature ou encore de programmes de formation professionnelle et d’activités susceptibles de générer des revenus.

La réussite d’un programme de DDR présuppose d’une part, qu’il soit enchâssé dans les accords de paix et d’autre part, que ceux-ci définissent un calendrier précis du processus, préconisent les méthodes à suivre pour l’élimination des armes et munitions, fixent les modalités de restructuration des forces de défense et de sécurité et, enfin, désignent les institutions à qui incomberont la mise en oeuvre, la coordination et la surpervision des activités de désarmement, démobilisation et réintégration.

De fait, les programmes de DDR constituent le continuum naturel de tout processus de paix. Lorsque s’achèvent les activités de désarmement, commencent la démobilisation des combattants et leur réintégration dans la société.

L’exemple de la Sierra Léone

Lorsqu’en octobre 1999, le Conseil de sécurité a décidé de créer la Mission des Nations Unies en Sierra Léone (MINUSIL), cette nouvelle mission composée de quelques 6 000 militaires a été chargée de coopérer à l’exécution de l’Accord de paix de Lomé avec le Gouvernement sierra léonais et les autres parties signataires.

Dès novembre 1999, le processus de DDR prévu par l’accord a été initié avec l’appui de la Banque Mondiale et du Ministère britannique du Développement International (DFID). Toutefois, ce n’est qu’en mai 2001, après l’arrestation de Foday Sankoh, le chef du Front Révolutionaire Unifié (RUF) et grâce aux progrès enregistrés dans le processus de paix à travers le cessez-le-feu d’Abuja que le programme de désarmement, de démobilisation et de réintegration a été réellement mis sur les rails.

Un comité mixte comprenant le Gouvernement de Sierra Léone, le RUF et la MINUSIL a été constitué afin de superviser le processus. Aux termes de quatre années d’activité, 72 500 combattants ont ainsi pu être désarmés et démobilisés et quelque 42 500 armes ont été saisies et détruites. Les efforts visant à créer des possibilités de réinsertion ont, en outre, connus récemment des progrès encourageants: 38 850 anciens combattants ont jusqu’à présent bénéficié de projets de réinsertion lancés par l’Allemagne, les Etats-Unis, le Royaume-Uni, le Programme des Nations Unies pour le Développement et la MINUSIL ainsi que par l’Organisation internationale pour les migrations et le Comité international de la Croix-Rouge.

L’information à l’appui du désarmement

Dès le lancement d’un processus de DDR, il est primordial que les ex-combattants aient connaissance de leurs droits et obligations en matière de désarmement, afin qu’ils puissent agir conformément au processus engagé. Aussi, des campagnes d’éducation civique et de sensibilisation du public font-elles partie intégrante des opérations de DDR menées par les Nations Unies.

Ainsi, en République Démocratique du Congo, la Division de l’information de la MONUC a récemment développé ses activités à Kisangani afin d’assurer la couverture des opérations de désarmement, de démobilisation, de rapatriement, de réinstallation ou de réinsertion dans l’est du pays. L’objectif du processus est d’assurer un retour a la paix civile par le truchement du désarmement et du retour dans leur pays d’origine de tous les groupes armés étrangers ayant leurs bases sur le territoire de la RDC.

Octobre 2002, un programme intitulé  » Gutahuka  » (Retour à la maison) est diffusé deux fois par jour sur les ondes de Radio Okapi, la radio de la MONUC, à l’intention de certains groupes cibles, y compris en Kinyarwanda. De plus, une équipe spéciale chargée spécifiquement de contribuer au processus de DDRRR distribue régulièrement des brochures et publications et diffuse des informations au sujet d’ex-combattants et des personnes à leur charge rapatriés au Rwanda.

Etant donné leur importance dans la réalisation d’une paix durable, les activités de désarmement, de démobilisation et de réinsertion des anciens combattants continueront de nécessiter un engagement à la fois des autorités nationales et de la communauté internationale. De même, les mandats définissant les activités des missions de maintien de la paix de l’ONU intégreront plus systématiquement à l’avenir un processus de DDR, condition sine qua non du retour à la paix.

source: un.org peacekeepers mai 2003

Be Sociable, Share!
  • Twitter
  • Facebook
  • email

    Comments are closed.

    Aspects juridiques et éthiques des frappes à distance sur cibles humaines stratégiques

    Etude prospective IRIS-CICDE INTRODUCTION Il n’est pas aisé de conduire une étude sur les « aspects éthiques et juridiques des […]

    Be Sociable, Share!
    • Twitter
    • Facebook
    • email

      Nations using child soldiers are invited to British arms fair

      British-made weapons could be used to target children in war zones   Britain is continuing to defy the UN by […]

      Be Sociable, Share!
      • Twitter
      • Facebook
      • email

        Templar Soul, Ligne de vêtement

        Templar Soul partenaire d’ECI http://templarsoul.com Templar Soul est une ligne haut de gamme et innovante de vêtements masculins intégrant aux […]

        Be Sociable, Share!
        • Twitter
        • Facebook
        • email

          Le DDR: Désarmement, Démobilisation et Réintégration

          Le désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR) est devenue une partie intégrante de la paix pour les consolidations post-conflits, elle figure […]

          Be Sociable, Share!
          • Twitter
          • Facebook
          • email

            TAG CLOUD

            POPULAR

            Visitez aussi notre Blog ECI-DDR (English version)