Friday, August 18, 2017
  • enfr

L’association ECI-DDR a obtenu en 2013 le titre d’ASSOCIATION d’INTERET GENERAL.

Elle est donc autorisée à délivrer des reçus fiscaux à hauteur de 66%. 

Ainsi un don de 100 euros en faveur d’une action humanitaire ne vous coûterait que 33 euros, mais permettrait de contribuer à de grandes réalisations sur le terrain.

Vous pouvez devenir adhérent ou nous soutenir en envoyant vos dons afin de soutenir cette noble cause qu’est la réinsertion d’enfants soldats et des rues, notamment en RCA, RDC, Gabon.

Merci pour votre soutien!

 

 

Association-reconnue-dinteret-general

La question de l’insertion des soldats et des supplétifs de la rébellion au sein de l’armée, a été l’occasion pour mettre à jour un autre scandale humanitaire qui vise le secrétaire général des Forces Nouvelles, Guillaume Soro.  Ce scandale pour lequel Guillaume Soro sera certainement appelé à répondre devant les juridictions internationale est celui du recrutement des enfants soldats.

En effet, les documents de recrutements à la disposition des structures du DDR montrent que certains jeunes soldats qui demandent leur insertion dans l’armée ont été recrutés au moment où ils étaient mineurs.

Tous les soldats de l’ex-rébellion qui ont actuellement moins de 26 ans et qui ont été recrutés entre 2002 et 2003, avaient moins de 16 ans au moment de leur recrutement.  Ce recrutement des enfants soldats qui a été signalé par les ONG, Amnesty international, HRW, OCHA, est une violation grave des conventions internationales sur la guerre dont se sont rendus coupables les seigneurs de guerre ivoiriens, à la tête desquels se trouve le nommé Guillaume Soro.

L’UNICEF estime que plus de 5 000 enfants ont été associés aux factions engagées dans le conflit. En collaborant avec l’ONU et ses divers partenaires, l’UNICEF a pu ainsi contribuer à la réinsertion de plus de 1 900 de ces enfants dans leurs communautés. En 2005, avec la participation du PAHO, une ONG locale, l’UNICEF a pu rapatrier 720 enfants libériens qui avaient été recrutés à Gnakanzou.

De nombreux enfants qui étaient à l’âge d’aller à l’ école, ont été ainsi privés de leur droit à l’éducation. Ils ont été utilisés comme chairs à canon pour servir les ambitions d’adultes qui les ont enrôlés de force, dans des conflits qui n’étaient pas les leurs.

Des enfants Soldat libériens ont été utilisés par les factions de la guerre en Côte d’ivoire

Cette utilisation d’enfants soldats est un crime contre l’humanité, dans le sens où c’est une violation des droits de l’enfants édictés par l’UNICEF.

Ce sont ces violations des droits des enfants et des droits humains que les organisations de droit de l’homme veulent faire payer à Guillaume Soro. Ces organisation, avec à leur tête Amnesty international et l’UNICEF font une pression sur la CPI pour que celle-ci fasse arrêter certains chefs de guerre, ainsi que le chef actuel de la rébellion ivoirienne.

Les ONG qui défendent les droits de l’homme justifie ce ciblage de Guillaume Soro par le fait qu’en tant que figure de proue des forces rebelles ivoirienne, il est hiérarchiquement responsables de ces recrutements d’enfants qu’il ne pouvait ignorer .

Les proches collaborateurs de Guillaume Soro estiment que cette action des organisations de droit de l’homme est une manoeuvre. Il accusent un certain Salvatore Saguès, chercheur d’Amnesty International spécialiste de l’Afrique de l’Ouest, qui serait responsable de cet acharnement contre Soro.

Pour les organisations des droits de l’homme cette action de lobbyng humanitaire ne viserait qu’à dissuader d’autres auteurs de crimes contre l’humanité et tous ceux qui seraient tentés par des violations des droits des enfants.

Koné Mory à Abidjan pour ivoireinfo.com


Amnesty International sur la Côte d’Ivoire par rue89

Réhabilitons les enfants soldats!

Posted by admin On janvier - 15 - 2012 ADD COMMENTS

Un clip à voir pour mesurer le phénomène mondial des enfants soldats qui touche plus de 300 000 enfants.

A vous d’agir: soutenez l’association ECI DDR!

14 February 2011The recruitment and use of children by armed forces and other armed groups in Chad persists, Secretary-General Ban Ki-moon says in a new report, while noting that reduced tensions last year enabled many children to leave such groups.

child soldiers

The report to the Security Council on children and armed conflict in Chad, which covers the period from July 2008 to December 2010, also notes that children continue to be targets of sexual and gender-based violence, and that mines and other explosive remnants of war continue to expose children to danger.

Attacks on humanitarian workers in eastern Chad on many occasions adversely impacted children’s access to humanitarian aid, including education and health care, according to the report.

Presenting an overview of the general security situation in Chad, Mr. Ban highlights how the insecurity in the eastern region that prevailed in 2008 and 2009 improved markedly in 2010, and the impact that had on efforts to protect children.

“Progress in the relations between Chad and the Sudan from mid-2009 onwards resulted in the thawing of political tensions. This allowed for operational military arrangements, such as the establishment of a Chad-Sudan joint border force in April 2010, which, together with the improved operational capacity of the Détachement intégré de sécurité [DIS], had a positive impact on the security situation and the protection of children,” the Secretary-General says.

The DIS is an integrated security unit of the Chadian Government which the UN has been helping to train and support to ensure the protection of civilians following the departure of the UN mission in Chad and the Central African Republic (MINURCAT).

The report takes note of efforts by the Government of Chad to address the issue of recruitment and use of children. Those efforts culminated in the holding of a regional conference to end child recruitment, as well as Chad’s hosting of the first meeting of the monitoring committee to follow up on the N’Djamena Declaration, which was adopted at the conference.

In his recommendations, the Secretary-General urges Chad to issue clear orders to its military chain of command, including at the local level, prohibiting the recruitment and use of children in line with its obligations under international human rights and humanitarian law, and to ensure the immediate and unconditional release of all children.

He voices deep concern over continued incidents of rape and other forms of sexual violence, including those perpetrated by members of the armed forces. He encourages the Government to prioritize the investigation and prosecution of perpetrators, and to strengthen prevention and response strategies.

Mr. Ban calls on all opposition armed groups to stop using anti-personnel mines, and urges the Government to ensure that humanitarian de-mining programmes are in line with international standards.

He voices encouragement at the measures take by Chadian authorities to ensure better security and protection of civilian populations in and around refugee camps and internally displaced persons sites.

In light of the withdrawal of MINURCAT, Mr. Ban encourages the donor community to provide support to the Task Force on Monitoring and Reporting to maintain the mission’s previous monitoring and reporting role.

He also urges the donor community to provide additional support to programmes by the national authorities, UN entities and non-governmental organizations working in Chad.


Source: http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=37530&Cr=chad&Cr1

Jocelyne DORIAN, auteur-compositeur-écrivain-peintre-chanteuse internationale, est  membre de l’association ECI.
Elle nous fait la grâce d’un poème  sur les enfants soldats dédié à notre association.

Ses autres chansons sur le thème de l’enfant sont :
« Un Enfant« , « Toi, l’Enfant« , « Et les Enfants dans tout ça ? » Elle est aussi auteur de « l’Hymne à la Francophonie« .

www.jocelynedorian.com

ENFANTS SOLDATS

D’où viennent-ils ces pauvres gosses



ECI-DDR



Que l’on enrôle souvent de force,

Parmi eux quelques volontaires

Qui jouent pour de vrai à la guerre.

Des mauvaises graines, des herbes folles

Des fleurs de haine qui s’étiolent

Dans la misère, privées d’enfance,

Des fruits de guerre et de souffrance.

Enfants martyrs, enfants soldats,

Notre défi, notre combat,

Qu’ils oublient le feu et le sang

Qu’ils redeviennent des enfants. Read the rest of this entry »

Cérémonie de remise des attestations de réintégration à 76 ex-enfants soldats (filles et garçons) au Centre de Kibumba, en partenariat avec l’UNICEF.


Remise d'attestation à Kikumba-crédit photo Simama




Remise d'attestation à Kikumba-crédit photo Simama


Les groupes armés Mai-Mai opérant dans les provinces du Nord-Kivu et du Sud-Kivu dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), continuent d’enrôler, de gré ou de force, des enfants de moins de 18 ans dans leurs rangs, selon un rapport de l’ONG « Coalition pour mettre fin à l’utilisation d’enfants soldats » publié vendredi 13 mars 2010.

« Les enfants peuvent constituer jusqu’à 40% des effectifs des groupes Mai Mai du Nord-Kivu et Sud–Kivu », souligne, dans ce rapport Bonny Mushayuma, conseiller régional pour la région des Grands Lacs au sein de cette organisation.

Dans ce rapport élaboré à la suite d’une enquête réalisée entre les mois de mai et juin 2009 et dont copies ont été transmises en février à des autorités compétentes, Bonny Mushayuma relève les raisons qui sont à la base de cet enrôlement massif, indiquant que cet enrôlement est d’abord « volontaire » par les enfants eux–mêmes qui disent qu’ils n’ont pas d’autre choix que d’adhérer à ces groupes, faute d’autres occupations ou d’études scolaires.
Aussi, la Coalition, pour mettre un terme à l’utilisation d’enfants soldats, rappelle-t-elle au gouvernement congolais la ratification des instruments de protection des droits de l’enfant et son obligation de protéger les enfants et d’éviter qu’ils soient recrutés par les forces et groupes armés.
Photo : D.R.

ECI-DDR dans la presse (pointscommuns.com)

Posted by admin On mars - 1 - 2010 ADD COMMENTS

Suite à la conférence organisée par ECI DDR à l’occasion de la journée internationale de l’enfant soldat, le site pointscommuns.com a fait paraître un commentaire répondant à l’article paru dans Le Monde.

L’association ECI ( Euro Coopération Ingénierie ) a organisé une conférence de presse ce 12 Février 2010 en vue de sensibiliser sur le sort des enfants soldats dans le monde ..

De nombreux experts de cette assos ont tenu un plaidoyer vibrant sur la nécessité de lutter contre ce fléau des enfants soldats qui tend à se banaliser …

Selon les estimations de l’ONU, 300.000 enfants restent impliqués dans les conflits et guerre dans le monde . Le recrutement des enfants de moins de 18 ans dans les forces armées est considéré comme crime de guerre par la cour pénale internationale depuis 1998 avec le traité de Rome …….

Les enfants sont des proies faciles, encore innocentes, ignorantes ..drogués, alcoolisés, ils entrent dans un monde de violence sans nom ..

Le contexte économique et politique des pays concernés est d’une grande importance dans l’émergence du fléau…le système de scolarisation étant très nettement insuffisant, les enfants sont livrés à eux mêmes et cherchent des activités lucratives …

Souvent, l’enrôlement dans l’armée est vu comme le seule perspective d’emploi..

Un enfant qui a une kalachnikov (comment peut on imaginer cette scène ?) a accès à tout ce qu’il veut …

Des raisons psychologiques et idéologiques peuvent pousser les enfants à s’engager .

Dans un climat de violence constante, les enfants peuvent vouloir venger leurs proches ou libérer leur peuple ..Ils agissent par mimétisme ..

La présence des filles soldats est reconnue aussi pour des raisons de survie et elles se retrouvent souvent réduites à esclavagisme sexuel ..

Certains enfants ne s’engagent pas de plein gré et sont embrigadés de force dans les armées rebelles ..

Certains sont même amenés après avoir été drogués à tuer leurs parents, ils servent aussi de kamikazes ou de « chair à canon » sur les champs de bataille, placés en première ligne pour faire diversion …

Témoignage de Lucien BADJOKO qui s’est volontairement engagé en république démocratique du CONGO à l’age de 12 ans …

Il est maintenant étudiant en droit à Paris …

– Tant qu’il n’y aura pas la paix, les enfants seront utilisés !

– il faut plusieurs années pour réintégrer un enfant !

– il n’y a pas plus dangereux que celui qui n’a rien à perdre !

– donnons leur du travail !

Le processus de réintégration doit aussi prendre en compte le travail de prévention dans les pays à risques…..

Le président d’ ECI Bernard LeVanXieu a dénoncé le cas d’ Haïti où beaucoup d’enfants abandonnés ont dernièrement étaient  » repris » par l’armée (bandes armées locales)…………


source: pointscommun.com

Aspects juridiques et éthiques des frappes à distance sur cibles humaines stratégiques

Etude prospective IRIS-CICDE INTRODUCTION Il n’est pas aisé de conduire une étude sur les « aspects éthiques et juridiques des […]

Nations using child soldiers are invited to British arms fair

British-made weapons could be used to target children in war zones   Britain is continuing to defy the UN by […]

Templar Soul, Ligne de vêtement

Templar Soul partenaire d’ECI http://templarsoul.com Templar Soul est une ligne haut de gamme et innovante de vêtements masculins intégrant aux […]

Le DDR: Désarmement, Démobilisation et Réintégration

Le désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR) est devenue une partie intégrante de la paix pour les consolidations post-conflits, elle figure […]

TAG CLOUD

POPULAR

Visitez aussi notre Blog ECI-DDR (English version)