Tuesday, October 24, 2017
  • enfr

Participation de SIMAMA DEVELOPPEMENT AFRIQUE (Goma-Kivu) avec son partenaire français EURO COOPERATION INGENIERIE (Paris).

Présentation des activités conjointes aux visiteurs du Salon par Thierry Kambele Chitika, responsable Kivu de SIMAMA.

Imane Cherif, chargée de l’Information Publique de l’OCHA (ONU) en profite pour remercier tous ceux qui ont participé de loin ou de près à l’organisation de la Journée mondiale de l’aide humanitaire le 19 août dernier et qui en ont fait un succès.

Cette journée à réuni plus de 20 organisations internationales et près de 30 organisations nationales sur le stade du collège Mwanga et répondre aux questions de la population venue visiter le village humanitaire.

Que ce soit dans la préparation en amont ou le jour même, de nombreuses associations ont joué le jeu de la mobilisation et de la participation tant médiatique que logistique. L’événement a été relayé sur les ondes locales (Virunga Business Radio, Mishapi voice TV) ainsi qu’au niveau national (Radio Okapi, RTNC, RTGA) garantissant ainsi une grande visibilité à l’événement.

ONU: les viols peuvent « détruire » la RDC

Posted by admin On octobre - 7 - 2010 ADD COMMENTS

Venue en République démocratique du Congo (RDC) deux mois après des viols massifs commis dans l’Est, l’envoyée spéciale de l’ONU pour les violences sexuelles dans les conflits, Margot Wallström, juge que ces crimes peuvent « détruire le pays si cela continue ».



Pour son deuxième séjour en RDC, la Suédoise, nommée en début d’année par le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, a parcouru pendant quatre jours, de jeudi à lundi, les provinces instables du Sud et du Nord-Kivu (est) où des groupes armés mais aussi des éléments de l’armée congolaise commettent régulièrement des violences contre les civils.

« Je suis venue pour rencontrer les victimes, pour écouter leur histoire, mieux comprendre ce qui s’est passé, leur peur, leur rage et leur dépression. Je suis venue aussi pour faire passer le message qu’il faut poursuivre les auteurs parce que c’est comme cela que l’on peut mettre fin à l’impunité », explique l’experte onusienne.

Elle s’est notamment rendue dans le territoire enclavé de Walikale (ouest du Nord-Kivu) où des rebelles des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) et des milices Maï-Maï sont accusés d’avoir violé jusqu’à 500 personnes dont des enfants, fin juillet-début août, dans un groupe de 13 villages.

« C’était l’horreur ! », lâche-t-elle en évoquant ce drame. « Je pense que ça va détruire ce pays si cela continue. Parce que cela va brutaliser toute la société, aller de génération en génération et détruire toutes les valeurs, toutes les normes. Cela peut coûter très cher au Congo ».



« On a déjà vu ça dans un pays comme le Libéria. Dans ce pays post-conflit, le viol est en tête des crimes, avec les même méthodes que l’on a connues pendant la guerre », prévient-elle.

A Goma et Bukavu, les capitales du Nord et Sud-Kivu, comme à Kinshasa, Margot Wallström a aussi rencontré des dirigeants politiques.

« Quand je parle avec les autorités, je trouve qu’il y a une volonté » de mettre fin à l’impunité « mais quand on parle avec les femmes, elles n’ont pas le sentiment que des choses sont faites », dit-elle.

Comment alors mettre fin à ces violences faites aux femmes et aux enfants, dans ce pays immense où l’Etat est défaillant ?

« Dans nos pays, on peut appeler la police et on sait qu’elle va arriver. Ici il n’y a rien. Et la seule chose vers laquelle on peut se tourner, c’est la Monusco », la Mission de l’ONU pour la stabilisation en RDC, constate Mme Wallström.



La Monusco qui compte quelque 18.000 soldats, basés essentiellement dans l’Est, a été fortement critiquée pour avoir échoué à protéger les populations lors des viols de Walikale cet été. « Les moyens de la Monusco, son personnel et ses capacités ne sont pas suffisants », reconnaît Mme Wallström.

« On peut améliorer la formation (des Casques bleus), multiplier les patrouilles, parler plus à la population, renforcer le renseignement… Mais en même temps, on ne peut pas penser que la Monusco doit se substituer à l’Etat pour la sécurité », estime l’envoyée spéciale de l’ONU.

« Le défi est de trouver comment aider à réformer le secteur de la sécurité. Si les (autorités congolaises) veulent que les bailleurs donnent plus d’argent, il faut faire voter les lois (sur la réforme de l’armée et de la police), qui ne sont pas encore adoptées », regrette-t-elle.

Pour Margot Wallström, le problème des violences sexuelles « va être le plus grand obstacle pour trouver la paix ».

« Très souvent on dit l’inverse, qu’il faut la paix pour stopper les violences sexuelles mais je pense qu’il faut stopper ça pour trouver la paix. (…) C’est terrible de dire qu’il faut attendre la paix pour que les femmes soient en sécurité », conclut-elle.

Source: AFP 05/10/2010

Aspects juridiques et éthiques des frappes à distance sur cibles humaines stratégiques

Etude prospective IRIS-CICDE INTRODUCTION Il n’est pas aisé de conduire une étude sur les « aspects éthiques et juridiques des […]

Nations using child soldiers are invited to British arms fair

British-made weapons could be used to target children in war zones   Britain is continuing to defy the UN by […]

Templar Soul, Ligne de vêtement

Templar Soul partenaire d’ECI http://templarsoul.com Templar Soul est une ligne haut de gamme et innovante de vêtements masculins intégrant aux […]

Le DDR: Désarmement, Démobilisation et Réintégration

Le désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR) est devenue une partie intégrante de la paix pour les consolidations post-conflits, elle figure […]

TAG CLOUD

POPULAR

Visitez aussi notre Blog ECI-DDR (English version)